Recherche avancée (autocompletion)

Glossaire

 
abus(DSM IV)), CIM 10)
Mode de consommation d'une substance psychoactive provoquant directement des conséquences dommageables au plan physique, psychologique, social ou judiciaire pour le consommateur et son environnement sans toutefois déterminer de dépendance. (= usage nocif, mais ajoute une nuance quantitative)
ADOSPA
ADOSPA = ADOlescents et Substances Psycho Actives.
C'est un test qui permet, en 6 questions de dépister l'usage nocif de produits psychoactifs dans une population d'adolescents.
Il a également un intérêt pour les parents car chaque question invite à réfléchir à un motif pour changer de comportement.
C'est la traduction du test américain CRAFFT : « Car Relax Alone forget Family or Friends Troubles ».
Aire tegmentale (l')
 L'aire tegmentale ventrale (ATV) est constituée par un groupe de neurones localisés dans le mésencéphale. L'ATV fait partie du système de récompense. Elle est impliquée dans la motivation et certains processus cognitifs, mais aussi dans des pathologies comme l'addiction aux drogues et certains troubles psychiatriques.
ALAC
ALcohol Advisory Council, du nom de l'institut néo-zélandais où il a été conçu.
Validé en français. Le test ALAC est un auto-questionnaire de repérage de l'usage problématique de cannabis.
A partir d'un score de 3, le patient est invité à consulter un médecin pour une prise en charge.
Arguments d’autorité ou pseudo-scientifiques
L’argument d’autorité ne se réfère qu’à la fonction de celui qui le prononce. « j’ai raison parce que je suis médecin ».
Les connaissances à partager avec le patient doivent reposer sur des faits scientifiquement prouvés expliqués de façon à ce que le patient les comprenne.
Art. L4122-2 C. du travail
« Les mesures prises en matière de santé et de sécurité au travail ne doivent entraîner aucune charge financière pour les travailleurs».
[Code Travail-Article L4121-1]
Article L3421-1 C. santé publique
« Si [l’usage est commis] dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, ou par le personnel d'une entreprise de transport terrestre, maritime ou aérien, de marchandises ou de voyageurs exerçant des fonctions mettant en cause la sécurité du transport …
Les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 euros d'amende.
Pour l'application du présent alinéa, sont assimilés au personnel d'une entreprise de transport les travailleurs mis à la disposition de l'entreprise de transport par une entreprise extérieure ».
Bad trip
Intoxication aigue peut se traduire, lors de consommation de cannabis, par des tremblements, des vomissements, une impression de confusion, d'étouffement, une angoisse très forte.
L’intoxication aigue est en lien avec le produit (richesse en THC), la quantité, le temps court de la consommation, le terrain du consommateur et son environnement.
Expérience psychique difficile pouvant se manifester sous différentes formes comme une crise d’angoisse aigue, un état délirant, une crise hallucinatoire…
Cannabinoïdes (substances)
Groupe de substances chimiques activant les récepteurs cannabinoïdes.
Parmi eux, le tétrahydrocannabinol est un constituant spécifique du cannabis. Il est à l'origine de ses propriétés psychoactives.
Il existe des cannabinoïdes végétaux, endogènes, et synthétiques.
Cannabinoïdes endogènes
Substances sécrétées de façon naturelle activant les récepteurs de cannabinoïdes.
La 1° identifiée fut l’anandamide. De structure différente du THC elle a cependant une grande affinité pour les récepteurs CB1.
Ils jouent un rôle dans la stabilité de la transmission de l’influx nerveux.
Cannabinoïdes récepteurs
Structure protéique exprimée sur la membrane des neurones et d'autres types de cellules.
La fixation de divers cannabinoïdes, dont le THC, y détermine une cascade de réactions intracellulaires à l'origine des actions pharmacologiques de ces substances.
Les récepteurs CB1 sont des récepteurs à protéines G, les plus nombreux du cerveau. Ils sont stimulés par l’anandamide et le 2-AG.
Ils participent à la régulation de l’humeur, de la mémoire, de l’appétit, de la douleur, de la cognition et des émotions.
Le cannabis de structure chimique proche de l’anandamide et du 2-AG, cannabinoïdes endogènes, peut stimuler ces récepteurs.
CAST
Cannabis Abuse Screening Test
Pour dépister la consommation excessive de cannabis, le questionnaire CAST (Cannabis Abuse Screening Test, validé par l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies - OFDT) consiste à poser six questions (réponse par oui ou non).
Deux réponses positives au test doivent amener à s’interroger sur les conséquences de la consommation.
Trois réponses positives, ou plus, devraient amener à demander de l’aide.
Centre spécialisé
Il existe divers centres spécialisés.
Certains proposent des soins ambulatoires : les CSAPA les réseaux ville hôpital addiction et les hôpitaux de jour;
D’autres assurent un hébergement :
A l’hôpital, ce sont les Unités de soins en addictologie et les équipes de liaison.
Hors de l’hôpital ce sont les centres thérapeutiques communautaires, et les centres thérapeutiques résidentiels (= post-cure), les réseaux d’appartements thérapeutiques relais et ceux des familles d’accueil.
Circonstances de consommation
La consommation de cannabis peut intervenir dans de nombreuses circonstances mais souvent il s'agit d'apporter de l'apaisement dans une situation de crise personnelle ou un semblant d'aide pour trouver une solution à un problème d'adolescent.
C'est aussi le moyen pour intégrer un groupe d'adolescents dont l'activité est centrée sur la consommation de cannabis.
comportements de « copinage »
Le dialogue avec le patient est informatif et empathique tout en restant le plus neutre possible dans le respect des aspects légaux.
Consommation à risque
Mode de consommation d'une substance psychoactive sans conséquences en cours mais exposant à des conséquences en raison du contexte : perte de vigilance/ infractions, / difficultés à assurer dans la vie professionnelle, à l’école, à la maison / la mise en péril de la santé ou de l’équilibre d’autrui (ex : risques que fait encourir une femme enceinte à la santé de son bébé).
Consommation aigue
La consommation aigue peut avoir 2 significations :
- Par rapport à une consommation chronique la consommation aigue signifie qu'il s'agit d'une consommation isolée, sans caractère de répétition ou de régularité.
- Soit la consommation est dite aigue lorsqu'elle sous-tend la consommation d'une quantité importante de principe actif avec tous les risques que cela peut entrainer en termes de surdosage et effets indésirables.
Consommation régulière
Une consommation régulière de cannabis n'est pas nécessairement quotidienne mais se définit par au moins 10 épisodes de consommation de cannabis par mois.
Consultations cannabis
Dans le dispositif spécialisé addictologie public, ces consultations offrent une évaluation de la consommation et des conséquences sur la vie sociale, des conseils et des informations adaptés à la situation de chacun, une prise en charge brève pour les consommateurs abusifs, et le cas échéant une orientation vers des structures de soins plus adaptées. Elles sont anonymes et gratuites, ouvertes à des heures compatibles avec les horaires scolaires, séparées des autres consultations en toxicomanie, elles peuvent se tenir hors des institutions de santé habituelles. L’accueil est assuré par un médecin, un psychologue, une infirmière ou un éducateur exerçant au sein d’une équipe pluridisciplinaire. Cet accueil peut s’adresser également aux parents en difficulté du fait de la consommation de leur enfant.
Contextes de consommation
La consommation de cannabis est souvent associée à un contexte de fête, de convivialité et de partage et dénuée de toute notion de risque ou de nocivité pour la santé.
Craving
Désir ardent, appétit insatiable, besoin compulsif de consommer. Envie à « en crever » de consommer. Marqueur clinique sensible de la dépendance.
CSAPA
Les Centres de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) sont des structures résultant du regroupement des services spécialisés pour l’alcool et les drogues (CCAA et CSST), prévues par le décret du 14 mai 2007.
Ce sont des centres médico-sociaux, qui peuvent être gérés par des établissements publics de santé (hôpitaux) ou par des associations régies par la loi du 1er Juillet 1901, sous condition de l’obtention d’un conventionnement du ministère de la santé.
Y sont accueillies les personnes qui sont dans une relation de dépendance plus ou moins forte et néfaste à l’égard des drogues, de l’alcool, des médicaments ou d’une pratique (jeux, sexualité, anorexie/boulimie…).
Dépendance (DSM IV CIM 10)
La DSMIV définit la dépendance par la présence d’au moins 3 éléments parmi les 6 suivants :
-1 - Accoutumance manifestée par le besoin d'accroître les doses consommées pour obtenir une intoxication ou un effet désiré ou par une diminution des effets à dose consommée constante.
-2 - Symptômes de sevrage à la suite d'une période d'abstinence, évités ou améliorés par une nouvelle prise de la substance.
-3 - Beaucoup de temps passé à utiliser ou à se procurer la substance.
-4 - Abandon ou réduction de ses activités sociales, professionnelles ou de loisir à cause de l'usage de la substance.
-5 - Désir persistant ou efforts infructueux pour diminuer ou contrôler sa consommation.
-6 - Persistance de l’utilisation du produit malgré la connaissance des risques pour la santé.
Dommage
Atteinte à la personne qui entraine un préjudice physique psychologique ou social. Le dommage est un fait présent, constaté, dont le préjudice peut être évalué. Lorsque le dommage est potentiel par la présence de un ou, à fortiori, plusieurs facteurs  reconnus comme facteurs de risque, on parle alors de risque de dommage. La complication est un évènement indésirable qui vient perturber le cours normal de l’évolution.
Dopaminergique/dopamine
La dopamine est un neurotransmetteur essentiel, impliqué dans la régulation de grandes fonctions homéostasiques dans le système nerveux central mais aussi sur divers organes périphériques. La dopamine est le neuromédiateur impliqué dans la stimulation du circuit de récompense, dans le cerveau.
Effet biologique
Les molécules psycho-actives déterminent des modifications biochimiques de la transmission de l’influx nerveux introduisant ainsi des variations infinies de fonctionnement des sensations, des émotions et de la pensée.
Entretien motivationnel
Technique de communication visant au changement de comportement en mobilisant la responsabilité du patient dans son cheminement de vie.
Homéostasie/allostatie Equilibre homéostasique
Efforts d'adaptation physiologiques et comportementaux constants déployés par l'organisme, afin de maintenir sa stabilité (homéostasie) en dépit de contraintes ou d’agressions extérieures (stress …). La charge allostatique est le coût infligé à l’organisme pour le maintien de sa stabilité.
Indices de gravité
Signes cliniques ou biologiques indiquant une probabilité très importante pour le sujet d’aboutir à une situation de gravité.
Pour le cannabis, les indices de gravité, ont été trouvés suite à des travaux de recherche. Leur sensibilité, spécificité, leur valeur prédictive positive et négative ont été mesurées et validées. Ils ont permis de construire des questionnaires, pour évaluer une consommation de cannabis.
Ivresse cannabique
Elle se définit par quatre phases successives variant en fonction de la quantité de produit consommée et de la physiologie de la personne :
- une sensation d'euphorie avec désinhibition, bien-être et empathie.
- un état confusionnel, avec dilatation des perceptions sensorielles. (Peut aller jusqu’à hallucinations et perturbations spatio-temporelles voire psychose aiguë (=bad trip, +/- nausées, maux de tête, vomissements).
- un état d'extase caractérisé par une certaine apathie.
- un état de retour à la normale, le plus souvent caractérisé par un sommeil profond.
* (Du Hachisch et de l’aliénation mentale 1845, Jacques-Joseph Moreau.)
MILDT
Créée en 1982, la Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie, placée sous l'autorité du Premier ministre, anime et coordonne les actions de l’Etat en matière de lutte contre les drogues et les toxicomanies : en particulier dans les domaines de l’observation et de la prévention de la toxicomanie, de l'accueil, des soins et de la réinsertion des toxicomanes, de la formation des personnes intervenant dans la lutte contre la drogue et la toxicomanie, de la recherche, de l'information, et de la lutte contre le trafic. La mission prépare les délibérations du comité interministériel et veille à leur exécution.
http://www.drogues.gouv.fr/
Neurotransmetteur
Un neurotransmetteur (= neuromédiateur) est un composé chimique libéré par un neurone au niveau d'une synapse.
Le neurone présynaptique libère le neurotransmetteur qui va se loger sur les récepteurs du neurone post-synaptique. Selon un système de régulation, il peut aussi être inhibé, c'est-à-dire recapturé par le neurone présynaptique.
C'est sa circulation qui va déterminer la transmission synaptique, donc la circulation de l'information neuronale.
La dopamine, neurotransmetteur impliqué dans le système de récompense, fait partie d'une des grandes familles de neurotransmetteurs : les catécholamines.
Noyau accumbens
Le noyau accumbens, est un ensemble de neurones situés à l'intérieur de la zone corticale prosencéphale. Il semble qu'il joue un rôle important dans le système de récompense, le rire, le plaisir, l'assuétude (accoutumance, dépendance ("addiction"), la peur et l'effet placebo.
Opioïdes endogènes
Substance peptidique produite par l'organisme et exerçant son action sur les récepteurs aux opiacés (analogue donc à celle de la morphine).
Pensées à thème persécutif
Pensées s’inscrivant dans un état délirant aigu ou dans un tableau clinique appelé « effet parano ». Le sujet se sent épié, sur écoute, suivi, est victime des commentaires des autres.
Perception (la)
Modalité physiologique reliant la personne à son environnement par l’intermédiaire des sensations. Dans son parcours cérébral la perception prend du sens en fonction des niveaux de mémoires mobilisées et des capacités cognitives d’abstraction.
Personnalité en rupture
Trait de caractère associant: recherche de nouveauté, faible évitement du danger, recherche de sensations avec par moment une angoisse mal canalisée associée à des conduites d’échec.
Pipe à eau
Pipe à eau ou bong, tof tof, bangh est un objet utilisé pour fumer du cannabis ou autres substances : tabac, crack…
Elle se compose de :
- un foyer de combustion (où le produit à fumer est mis à bruler),
- une durite (ou pit : petit tuyau qui amène la fumée du foyer au réservoir d’eau),
- une chambre à fumée (au dessus du niveau de l’eau),
- un bec d’aspiration (au dessus de la chambre à fumée, il permet d’aspirer la fumée, filtrée par l’eau).
Intérêt : fumée refroidie, grande quantité de fumée à inhaler d’un coup.
Les risques pour la santé : l’eau filtre plus le THC que le goudron, besoin de plus de THC pour le même effet et densité plus importantes des produits non filtrés (goudron, vapeurs toxiques dues à la pipe à eau, bricolée).
Relarguage » du THC
Phénomène par lequel le THC fixé dans les tissus lipidiques de l'organisme (cerveau notamment) est libéré de façon plus ou moins progressive dans la circulation générale et agit ainsi sur ses récepteurs spécifiques.
Renforcement positif (en prise en charge)
Stratégie thérapeutique d’inspiration cognitivo-comportementale qui tend à renforcer les avancées du patient dans le soin, comme une diminution de la consommation de cannabis, un évitement d’un milieu facilitateur, en montrant au jeune consommateur le caractère positif de son comportement.
Représentation
Reconstruction personnelle et subjective d’une situation fortement liée au sens donné par l’environnement, la culture, le groupe social ou l’histoire personnelle. La représentation peut devenir une certitude décalée du réel et ouvrant au déni.
Secret professionnel s’impose aussi à d’autres professionnels (le)
Article L1110-4 code de la santé publique.
Deux ou plusieurs professionnels de santé peuvent, sauf opposition de la personne dûment avertie, échanger des informations relatives à une même personne prise en charge, afin d'assurer la continuité des soins ou de déterminer la meilleure prise en charge sanitaire possible.
Lorsque la personne est prise en charge par une équipe de soins dans un établissement de santé, les informations la concernant sont réputées confiées par le malade à l'ensemble de l'équipe.
Les informations concernant une personne prise en charge par un professionnel de santé au sein d'une maison ou d'un centre de santé sont réputées confiées par la personne aux autres professionnels de santé de la structure qui la prennent en charge, sous réserve :
1° Du recueil de son consentement exprès, par tout moyen, y compris sous forme dématérialisée. Ce consentement est valable tant qu'il n'a pas été retiré selon les mêmes formes ;
2° De l'adhésion des professionnels concernés au projet de santé mentionné aux articles L. 6323-1 et L. 6323-3.
Stimulation dopaminergique
Le réseau dopaminergique comprend le système nigrostrié (initiation des mouvements volontaires) et le système mésocorticolimbique (système de récompense, il favorise la survie).Ces réseaux fonctionnent avec la dopamine, neurotransmetteur appartenant aux  cathécholamine. Celle-ci a un rôle de modulateur des sorties motrices et psychiques, principales. Elle est impliquée dans plusieurs processus neurologiques, dont la motivation, le plaisir, la cognition, la mémoire, l'apprentissage et la motricité fine, ainsi que la modulation de la signalisation neuroendocrine. Elle est la cible préférentielle des médicaments neurologiques et des substances psychostimulantes.
Substances psycho actives
Substance active sur le cerveau, où elle modifie principalement le psychisme: il peut s'agir de l'alcool, du cannabis, des drogues illicites ou de nombreux médicaments (tranquillisants, antidépresseurs, etc.)
synapses
Zone de contact fonctionnel entre deux neurones ou entre un neurone et un autre type de cellule, assurant la communication d'une stimulation par voie chimique (neurotransmetteurs) ou, plus rarement, électrique.
Syndrome amotivationnel
Déficit de l’activité, d’une asthénie intellectuelle et physique, de perturbations cognitives, d’une pensée abstraite et floue, de difficultés de concentration et mnésiques, d’un rétrécissement de la vie relationnelle.
Syndrome de sevrage
Syndrome clinique apparaissant à l’arrêt de la substance consommée de façon addictive. Marqueur de dépendance, il est caractéristique de la substance. La même substance (ou une substance très proche) est prise pour soulager ou éviter les symptômes de sevrage.
THC
Le tétrahydrocannabinol est un cannabinoïde, un constituant spécifique du cannabis. Il est à l'origine de ses propriétés psychoactives. Très liposoluble il passe facilement la barrière hémato-encéphalique et se fixe essentiellement sur les récepteurs CB1.
Tolérance
Etat d'adaptation de l'organisme aux doses croissantes d'une drogue, lui permettant de résister à sa toxicité.
Usage nocif
Mode de consommation d'une substance psychoactive provoquant directement des conséquences dommageables au plan physique, psychologique, social ou judiciaire pour le consommateur et son environnement sans toutefois déterminer de dépendance(= abus, mais ajoute une nuance plus qualitative que quantitative).
Vulnérabilité génétique
Héritabilité non négligeable d’un trouble et présence possible de gènes de vulnérabilité augmentant le risque du trouble.
 
 

Documents

 

L'essentiel à connaître

  • Usage nocif et dépendance
pénal
consommation intensive et/ ou répétée
Accident
SAM 1° rapport
SAM 2° rapport
SAM synthèse
Dépendance
Rapport INSERM
  • Perturbations neurobiologiques sur la mémorisation
Mémoire de travail
QI-cohorte NZ Meier
QI-cohorte NZ Meier (Fr)
  • Perturbations neurobiologiques sur l’adaptation
Synapse
  • Les présentations du cannabis et leurs modes de consommation
Drogues, chiffres clés
Données Escapad A
Données Escapad B
  • Grossesse et cannabis
syndrome de sevrage
études longitudinales
  • Dosages biologiques
éléments de cinétiques
loi Gayssot
la salive
  • Responsabilité légale liée a la consommation de cannabis
loi Gayssot
pénal
Article L4121-1 C.
  • Les dommages induits sur la relation par une consommation régulière de cannabis
Epidémio drogues 2010
Drogues, chiffres clés
Données Escapad A
Données Escapad B)
  • Dommages somatiques induits par le cannabis
dommages somatiques
cinétique
cancers
maladie de Buerger
  • Effets psychiques induits et liens avec les psychoses
perturbations cognitives
cinétique
SAM 1° rapport
SAM 2° rapport
SAM synthèse
QI-cohorte NZ Meier
QI-cohorte NZ Meier (Fr)
escalade
schizophrénie
  • Facteurs de vulnérabilité
sujets exposés
 

Les Pièges à éviter

  • Eviter de rompre le secret professionnel et la confidentialité
nouvelles lois
droits de la personne
situation de travail avec des partenaires
 

Je dépiste

  • Pourquoi et comment dépister les usages du cannabis en médecine générale ?
CAST
ALAC
ADOSPA
 

J'aborde la question

  • Comment s’entretenir avec un fumeur qui ne demande rien ?
Législation du travail
ALAC
  • Comment prendre en compte la demande d’aide d’un consommateur de cannabis ?
ALAC
Donner une information
brochure informative
  • Comment prendre en compte la demande d’un tiers en présence du consommateur ?
ALAC
  • Comment prendre en compte la demande d’un tiers en l’absence du consommateur ?
INPES Arrêt cannabis
INPES Savoir
 

J'évalue une situation

  • Evaluer la sévérité d’une consommation
CAST
ALAC
ADOSPA
  • Construire un projet thérapeutique selon l’évaluation de la situation
CJC
 
 

Vidéos

 

L'essentiel à connaître

 

Les Pièges à éviter

 

Je dépiste

 

J'aborde la question

 

J'évalue une situation

 

Je prends en charge

 
Vous êtes ici : Médiathèque